Le dernier des nôtres - Adelaïde de Clermont-Tonnerre

ledernierdesnotres

4 étoiles

L'histoire
De l'enfer de Dresde, en 1945, au New York hippie de 1969, Adélaïde de Clermont-Tonnerre conte l'amour fou de deux enfants du XXème siècle. Rebecca, fille d'un riche homme d'affaires et d'une rescapée des camps de concentration, et Werner, né en Allemagne à la fin de la seconde guerre mondiale. Une passion insensée sur fond de suspense historique. [Résumé par Culturebox]

Mon avis
Adelaïde de Clermont-Tonnerre signe ici un très beau roman qui se partage entre deux époques et deux lieux : Dresde, 1945 et Manhattan 1969. Servi par un style fluide au vocabulaire soigné, le récit s’ouvre d’une manière légère sur les frasques amoureuses du jeune Werner. Puis c’est la bascule dans les horreurs de la guerre et le récit très (trop) détaillé des derniers instants de Luisa enfantant Werner. Ces deux époques que tout oppose, vont s’alterner au gré des chapitres jusqu’à se rejoindre. Les souvenirs du passé, trop lourds à porter resurgissent avec effroi dans le présent pour venir contrarier la destinée… Les personnages sont attachants et cette saga romanesque mêle habilement grande histoire et destins personnels.

Fresque familiale et historique, le dernier des nôtres est pour moi un roman à recommander qui n’a pas volé son prix de l’Académie Française. Evidemment, la recherche des origines et l’Allemagne du Troisième Reich sont des « classiques » de la littérature contemporaine mais c’est ici bien écrit, bien mené et la plongée dans le New-York brillant et tourbillonnant des années 1970 est particulièrement réussie.

notes

Il est facile de trouver la solution quand les années ont passé, mais c'est dans le brouillard du présent que les décisions se prennent.

notes

Ecouté et chroniqué dans le cadre du Prix Audiolib 2017.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.quartier-livre.fr/trackback/155

Haut de page