Un fauteuil pneumatique rose au milieu d'une forêt de conifères - Thibault Lang-Willar

Un fauteuil pneumatique rose

3 étoiles
L'histoire
Un fauteuil pneumatique rose au milieu d'une forêt de conifères est un recueil de onze nouvelles où l'on croise des détraqués de toute sorte, de préférence violents et en liberté... Âmes sensibles s'abstenir.

Mon avis
Beaucoup moins poétique que ne le laisse supposer son titre, ce recueil de nouvelles est trash, glauque, ultra-violent et malheureusement réaliste. Les thèmes abordés englobent les perversions sexuelles de tous ordres sans oublier le cannibalisme (si, si...) et la décapitation. C'est torturé et pour le moins dérangeant mais bien mené et bien écrit.
Soyons clair, ce genre de récit n'est absolument pas ma tasse de thé et je suis beaucoup trop sensible pour totalement apprécier le talent de l'auteur mais je reconnais que Thibault Lang-Willar fait preuve d'une grande originalité et d'une grande maîtrise. Il sait surprendre et désarçonner son lecteur en passant en deux lignes du simple larcin au crime abominable.
Les récits écrits dans le but de choquer éveillent toujours en moi une certaine méfiance et le fauteuil pneumatique n'échappe à la règle. De mon point de vue, certains détails auraient pu nous être épargnés sans que la qualité du récit ne s'en ressente. Cependant même si certains passages sont difficilement soutenables, la violence trouve sa place dans le récit et rien n'est totalement gratuit.
Certaines nouvelles font preuve d'humour (qui ne fera pas rire tout le monde cependant) et d'autres d'une grande originalité. L'auteur se place toujours du point de vue du psychopathe et situe ses nouvelles ici et maintenant ce qui contribue grandement à l'effet réaliste.
Pour pleinement apprécier ce recueil il est frottement conseillé de brider son empathie et de faire preuve d'un certain détachement.
Mais finalement le plus choquant dans tout cela n'est-il pas que toutes ces nouvelles pourraient ne pas être que de la fiction ?

Notes
Cette lecture a été faite dans le cadre de Masse Critique organisée par Babelio. Un grand merci aux éditions Héloïse d'Ormesson et à Babelio de m'avoir permis de découvrir ce recueil.

Citations
Je m'appelle Lionel . Tu crois que je suis le méchant, parce que j'ai fait du mal à ton copain. Mais ce n'est pas aussi simple que ça. Si je l'ai tué c'est pour l'empêcher de faire une connerie. Une très grosse connerie, tu vois ? Quelque chose qu'il n'a pas encore fait, mais qu'il allait faire. Simplement, personne ne le savait encore. Lui-même ne le savait pas.
Il y a des moments dans la vie où il faut preuve de franchise, et je crois que ce moment en est un. Josie, j'espère que vous serez allez être compréhensive et parvenir à faire la part des choses. Voilà : j'ai séquestré, violé et décapité huit femmes. La justice a considéré qu'il s'agissait de jeunes femmes (OK, elles avaient quinze ans au moment des faits, mais bon, elles avaient toutes leurs dents).


Rendez-vous sur Hellocoton !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.quartier-livre.fr/trackback/59

Haut de page