Salammbô - Gustave Flaubert

salammbo

4 étoiles

L'histoire
IIIème siècle avant JC, Carthage. Les mercenaires - menés par les vaillants Matho et Splendius - qui ont combattu au côté de Carthage contre Rome, réclament leur solde. Carthage, ruinée, promet mais ne tient pas. La révolte des "barbares" éclate.

Mon avis
De Salammbô on ne connait généralement que le très évocateur incipit « C'était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d'Hamilcar ». On retient parfois la beauté ensorcelante de Salammbô qui donne son titre au roman.

Salammbô est pourtant avant tout un roman épique (basé sur des faits historiques) et très documenté sur les guerres puniques du troisième siècle av J.C. Flaubert y décrit avec beaucoup de détails une guerre terrible, cruelle, où la vie d’un homme n’a aucune valeur. Seule la victoire compte. Les scènes de batailles, de sacrifices, de tortures sont légion et pour moi c’est trop : trop de sang, trop d’atrocités…

Cependant et heureusement, Flaubert excelle dans l’évocation d’un orient mythique (il ne faut pas oublier que Salammbô a été écrit au moment où l’Europe connaissait sa période ‘orientaliste’ en littérature comme en peinture). Et puis il y a aussi, Salammbô, fille du général Hamilcar : sensuelle et mystérieuse. Elle est le seul personnage féminin du roman, une femme – presqu’une déesse – dont le destin fascine. Son lien avec Matho, le pouvoir qu’elle exerce sur les soldats sont autant de points forts du récit, oasis de fraîcheur entre deux récits de bataille.

Au final, Salammbô est un « classique » difficile d’accès, violent mais telle une fable cruelle, il est captivant, fascinant si l’on a le courage de se plonger dans cette écriture décidément très dix-neuvième siècle.

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.quartier-livre.fr/trackback/163

Haut de page