Soufi, mon amour - Elif Shafak

Soufi, mon amour

4 étoiles
L'histoire
Ella Rubinstein a en apparence tout pour être heureuse : une jolie maison dans le Massachusetts, trois beaux enfants, un chien fidèle. Mais, à l'aube de ses quarante ans, elle se demande si elle n'est pas passée à côté d'elle-même. Les infidélités de son mari ne sont plus un mystère et les cours de cuisine du jeudi ne suffisent pas à exalter sa vie monotone. Décidée à reprendre une activité professionnelle, elle est engagée comme lectrice par un agent littéraire. Sa première mission : rédiger une note sur un manuscrit signé par Aziz Z Zahara. Ce roman, qui retrace la rencontre entre le poète Rûmi et le plus célèbre derviche du monde musulman, Shams de Tabriz, va être une révélation pour Ella. Au fil des pages, elle découvre le soufisme, le refus des conventions et la splendeur de l'amour... [Résumé de l'éditeur]

Mon avis
Soufi, mon amour se sépare en deux récits bien distincts. Soufi, mon amour est également un récit polyphonique (comme l'était déjà Lait noir son précédent ouvrage) où chaque protagoniste prend tour à tour la parole pour apporter son propre éclairage au récit. Le lecteur suit à la fois l'histoire d'Ella, une femme américaine engluée dans une vie qui ne lui convient plus et la rencontre entre un poète musulman du treizième siècle et un derviche soufi, Shams de Tabriz. Il s'agit là à mon goût de deux récits de qualité très inégale.
L'histoire d'Ella est très "clichée". Cette femme qui "a tout pour être heureuse" s'ennuie dans sa vie bourgeoise et voit ses enfants s'éloigner. Elle décide de changer de vie et rencontre... l'amour, le vrai. Une histoire d'amour assez convenue et qui reste très moralement correcte. Son histoire sert de fil rouge au roman et lui confère un touche de contemporanéité.
En revanche, le récit qui met en scène les lieux mythiques de l'Islam (Samarcande, Bagdad, Konya...) du treizième siècle a tout le charme d'un conte des milles et une nuits et mérite que l'on s'y attarde.
Par la voix de Shams de Tamiz et des personnages qu'il va rencontrer, Elif Shafak, relate, avec talent, l'histoire du soufisme, mouvement spirituel de l'islam et celle des derviches errants. Les sujets abordés tout au long de ce voyage initiatique, sont aussi variés que la place de la religion dans les sociétés, l'intégrisme, les fondements de l'Islam ou encore les différentes interprétations du Coran. Elif Shafak sait éviter les portes ouvertes, les lieux communs ainsi que les écueils que l'on pourrait craindre sur des sujets aussi polémiques. Il y a, à n'en pas douter dans ce récit une réelle réflexion et un réel travail sur la religion, les a priori et la place des femmes dans la société. La réflexion est bien menée et l'ensemble donne un roman intéressant, original et dense.

Citations
Ne te demande pas où la route va te conduire. Concentre-toi sur le premier pas. C'est le plus difficile à faire."
"J'accepte le fait que certaines choses sont au-delà de mes limites. Je n'en vois que des parties, comme des fragments d'un film qui flottent dans ma mémoire, mais le projet d'ensemble dépasse mon entendement. Vous pensez que je suis pieux. Je ne le suis pas. Je suis spirituel. C'est différent."

Notes
Elif Shafak, née en France de parents turcs au début des années 1970, aborde dans ses livres des sujets originaux et accorde une place importante aux femmes dans ses récits. Dans Lait Noir, elle abordait la difficile conciliation entre vie professionnelle et maternité. Son roman le plus connu est la bâtarde d'Istanbul.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.quartier-livre.fr/trackback/44

Haut de page